Florent Manaudou de retour à la compétition à Rome

Le champion olympique 2012 retrouvera la compétition le 21 juin.

Le triple médaillé olympique avait interrompu sa carrière en septembre 2016, après les Jeux de Rio. (B. Papon/L'Équipe)

Florent Manaudou de retour à la compétition à Rome

Le champion olympique 2012 retrouvera la compétition le 21 juin.

Il n'aura pas attendu bien longtemps. Trois mois après l'annonce de son retour dans les bassins après une retraite active de deux ans et demi, deux mois après sa reprise de l'entraînement, Florent Manaudou va retrouver la compétition la semaine prochaine au meeting des Sept Collines de Rome.

Il sera au départ de son premier 50 m officiel depuis le 27 août 2016 à Chartres, une échéance rendue possible par la décision de la Fédération Internationale qui ne lui a pas imposé l'habituel délai de carence de six mois en cas de retour après une retraite. « Il n'a jamais envoyé sa lettre de renoncement donc n'a pas été retiré des listes en ce qui concerne les procédures antidopage, précise le directeur technique national Julien Issoulié. Il a continué de nager (les Interclubs avec le CN Marseille) et a été contrôlé dans le cadre de sa pratique du handball (en N2 avec Aix-en-Provence) ».

«Ce mec est un extraterrestre» - Bruno Fratus

Depuis qu'il a décidé de replonger dans le but de participer aux Jeux Olympiques de Tokyo l'an prochain, Manaudou (28 ans) partage son temps entre la Turquie et la France. En Turquie, il a séjourné à trois reprises au centre d'entraînement de Belek près d'Antalya sous la direction de son coach anglais James Gibson. Il y côtoie, sous la bannière Energy Standard, quelques stars des bassins (Sarah Sjöström, Chad Le Clos, Ben Proud, Kliment Kolesnikov, Georgia Davies...). En France, on l'a vu dans les eaux de Marseille, à Antibes (« Il a réalisé ses séances en toute discrétion et a été très sympa avec les jeunes du club », raconte Denis Auguin, le patron du CNA) et à Paris, à la piscine Molitor et au Racing.

Tous les observateurs le disent concentré, appliqué et impliqué. Et, surtout déjà à un niveau de performance tel qu'il a décidé, en accord avec son coach, de tenter l'aventure romaine, lui qui avait plutôt tablé au départ sur « une compétition pendant l'été ». « Florent n'a pas participé à une course depuis presque trois ans, explique Gibson. Il a besoin de retrouver la mécanique des départs, de les multiplier. Rome se présente neuf semaines après sa reprise de l'entraînement, c'est une belle opportunité pour apprendre, progresser et évaluer comment il réagit à l'entraînement. Et en plus, il sera face au numéro un de l'année, c'est l'idéal. »

Manaudou retrouvera donc face à lui le Brésilien Bruno Fratus, qui, le week-end dernier à Monaco, a raboté quelques centièmes à son meilleur temps de la saison (21''31 contre 21''47). « Florent m'avait envoyé un texto pour me donner rendez-vous à Rome, raconte Fratus. Depuis, je suis tellement excité, j'ai vraiment hâte de le retrouver. Ce mec est un extraterrestre et la grosse erreur serait de faire comme si son retour n'était pas un truc important. Il peut être à nouveau champion olympique, descendre sous les 21''. Ça me motive comme jamais. »

Compagnon d'entraînement de Manaudou en Turquie, Ben Proud (2e temps de l'année en 21''48) ne sera lui pas présent en Italie. Mais il sait que Manaudou est prêt. « Quand il est arrivé, au bout de dix jours, il a réussi des choses que j'ai mis des années à faire, c'est très impressionnant, raconte-t-il. C'est le moment idéal pour revenir parce qu'il lui faut maintenant se réhabituer au rythme, à l'adrénaline, à la pression. J'ai hâte de voir ce que ça va donner. »

publié le 13 juin 2019 à 00h22 mis à jour le 13 juin 2019 à 01h15
commentaires (1)
les mieux notés les plus récents
greakfreak 13 juin 2019

physiquement au dessus du lot ça s'apprend pas

répondre
1
0
voir tout chrono, natation
1 / 10