voir plus...

Guy Forget : « J'ai entendu des choses très farfelues »

Le directeur de Roland-Garros Guy Forget et le président de la FFT Bernard Giudicelli, venus en conférence de presse dimanche, se sont expliqués sur les interrogations nées des choix de programmation lors de cette édition et ont détaillé les nouveautés pour 2020.

Djokovic-Thiem arrêté : une décision de l'arbitre

L'interruption de la demie entre Novak Djokovic et Dominic Thiem vendredi alors que le soleil était réapparu au-dessus de Roland-Garros a fait beaucoup parler. Le directeur du tournoi Guy Forget est revenu sur la question. « Il y a eu beaucoup de tweets qui sont passés, de rumeurs, j'ai entendu des choses très, très farfelues, c'est le juge arbitre et lui seul qui interrompt les matches en fonction des conditions météorologiques », a-t-il posé d'emblée.

Pas de Novak Djokovic insistant plus que son adversaire pour arrêter le match, a-t-il répété. Ce sont les conditions météo qui ont poussé le juge arbitre à prendre cette décision. « Les prévisions que nous avions à ce moment-là étaient des vents forcissants (de 40 km/h, les rafales sont passées à 80 km/h), dans le pic de sécurité, c'était déjà très limite. Nous avions deux averses prévues, la première d'environ 30 à 40 minutes et la deuxième un peu moins d'une heure plus tard. » Le fait que le Serbe ait quitté le stade avant l'annonce relève du concours de circonstances malheureux.

Sur la polémique de la programmation des demies femmes

Quand la programmation du vendredi a été connue (avec des demies femmes à 11 heures sur le Suzanne-Lenglen et le Simonne-Mathieu), la WTA s'est insurgée comme Amélie Mauresmo, rapidement montée au créneau sur Twitter. « Quel message envoyons-nous en prenant la décision de mettre les deux demi-finales femmes à 11 heures sur les courts 2 et 3 ? », a lâché l'ancienne n°1 mondiale. Le tournoi a défendu ses choix en balayant toute idée de « déclassement » pour ces deux rencontres.

« Beaucoup de gens qui ont commenté ces décisions n'ont pas tous les éléments en main pour le faire. Je comprends la frustration de la WTA, qui a eu l'impression que nous avons en quelque sorte dévalorisé ces demi-finales », a détaillé Forget. Deux jours après, le directeur de Roland-Garros ne regrette rien tout en se satisfaisant de l'arrivée du toit qui permettra d'éviter une telle polémique à l'avenir. « Ce choix a été la meilleure solution possible. Bien entendu, dès l'édition 2020, ce genre de souci ne nous dérangera plus du tout. »

Quel tournoi en 2020 ?

Le court Simonne-Mathieu était la principale nouveauté de 2019. Le court n°1 va lui disparaître l'année prochaine pour laisser place à une nouvelle Place des Mousquetaires. Mais l'attraction de 2020 sera le toit sur le Central, « la partie la plus emblématique de notre projet », a expliqué Bernard Giudicelli. Pas de journée comme cette année où il y a eu une session sans le moindre point disputé (mercredi 5 juin) et des programmations compliquées par les conditions météorologiques. La pluie n'empêchera pas le tennis, pas plus que la nuit puisque les quatre principaux courts seront éclairés dès l'année prochaine.

publié le 9 juin 2019 à 15h01 mis à jour le 9 juin 2019 à 17h47
commentaires (174) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
roudalune le 09 juin 2019 à 15h45

Qu'est ce qui empêchait depuis de nombreuses années de mettre de la lumière sur les principaux courts ??? Toujours pas compris...

répondre
65
6
voir tous les commentaires... (174)
voir tout chrono, tennis
1 / 10