voir plus...

Roland-Garros : Ashleigh Barty, comme un boomerang

Brillante junior, joueuse malheureuse, l'Australienne a tout quitté pour mieux rebondir après une parenthèse cricket. Elle a remporté samedi le premier tournoi du Grand Chelem de sa carrière.

Brillante junior, joueuse malheureuse, l'Australienne a tout quitté pour mieux rebondir après une parenthèse cricket. Elle a remporté samedi le premier tournoi du Grand Chelem de sa carrière. (P.Lahalle/L'Equipe)

Roland-Garros : Ashleigh Barty, comme un boomerang

Brillante junior, joueuse malheureuse, l'Australienne a tout quitté pour mieux rebondir après une parenthèse cricket. Elle a remporté samedi le premier tournoi du Grand Chelem de sa carrière.

Depuis qu'elle avait touché une raquette pour la première fois à cinq ans et était « tombée amoureuse » du tennis, tous ceux qui croisaient son chemin savaient bien qu'Ashleigh Barty avait quelque chose de spécial. « Un QI tennis que j'ai vu chez peu de joueuses, surtout à quatorze ans, décrit sa compatriote Samantha Stosur, gagnante de l'US Open 2011. Elle avait une grande faculté à lire le jeu, à observer les autres pour ensuite intégrer ce qu'elle avait vu et progresser. » La gamine d'Ipswich, pas très loin de Brisbane, d'origine aborigène par son père, n'était déjà pas la plus grande.

commentaires (15) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
thoutmosis65 le 09 juin 2019 à 17h48

2 championnes Australiennes ABORIGENES. Alors que ce peuple sur ses terres perpétuellement discriminé. Bravo championnes

répondre
11
1
voir tous les commentaires... (15)
voir tout chrono, tennis
1 / 10